Postcards

Matière à réflexion

 https://www.youtube.com/watch?v=1B3sGn7oHpc

  

Un homme est transporté à l’hôpital   

après s’être trouvé très, très mal   

Qui le sortira donc de cet exil    

car sa vie ne tient plus qu’à un fil   

 

Il murmure quelques mots que j’ai peine à comprendre   

et le sang coule à flots sur son corps dans la pénombre    

Un à un les projecteurs s’allument sans bruit   

et le voici plongé dans une interminable nuit 

 

Des mains expertes et averties s’affairent tout autour de lui   

Des ordres brefs et concis fusent, brisant le silence qui l’enfouit  

Le cœur bat à tout rompre, vaine tentative de rattraper le temps perdu  

Tandis que les aiguilles de l’horloge accélèrent leur ballet impromptu !

 

J’ai voulu connaitre son identité  

C’était un commis d’Etat très haut placé 

qui avait intenté un très sévère procès 

à un pauvre retraité qui ne pouvait payer son loyer   

 

Refrain

Aussi petits qu’un grain de sable nous faisons notre chemin 

sans jamais savoir ce que nous réservera le lendemain   

Mordra-t-on la poussière, exposés aux pires intempéries 

Ou bien abordera-t-on l’hiver tout schuss et vive la vie.  

 

Tout est mis en sursis quand on gît sur un lit   

avec une perfusion dans les veines jour et nuit  

Les montagnes d’argent ne servent plus à rien   

et c’est l’amour qui à la vie nous retient  

 

Et si jamais du monde il fallait se séparer 

on revoit sa vie comme un film accéléré  

Est-ce le bien qui l’emporte ou le mal qu’on a fait ?  

On est déjà plein de remords car le bien n’est pas assez  

 

Refrain

 

Alors vous autres les intouchables, les maîtres du monde, les tout puissants…

Au chevet de cet homme qui aussi, comme vous, s’imposait, fourbe et arrogant.

votre paravent tombé, sans doute alors vous comprendrez l’essence même de cette leçon :

On est rattrapé immanquablement et de toute façon

Par celle qui vous attend, patiemment, au tournant…